CECI n'est pas EXECUTE Mondes américains : Histoire et cinéma

Programmes des séminaires de l'année 2012-2013 |

Histoire et cinéma

Patricia Sampaio Silva, Glauber Sezerino

La production cinématographique constitue l’un des supports dont on commence à mieux employer pour appréhender les sociétés brésiliennes, actuelles ou anciennes Dès son apparition, en effet, le cinéma brésilien nous parle des contradictions d’un pays qui, de plus en plus, occupe une place significative dans l’économie mondiale. Ses richesses naturelles, l’esclavage, les métissages, la violence, sa puissance industrielle, la pauvreté, le carnaval, la musique, la longue dictature ou son expérience de gouvernement de gauche s’enchevêtrent pour faire de l’histoire du Brésil un paradigme que l’on se propose, dans le cadre de ce séminaire, de décrypter
Ainsi les projections des films, suivies d’une mise en valeur des contextes historiques et de l’analyse du récit, se destinent à donner lieu à débats et pour cela de textes seront précédemment fournis

Programme

  • Jeudi 13 juin - Film réalisé par Leon Hirszman, Eles não usam black-tie - 1981.
    São Paulo, 1980. Tião, un jeune ouvrier, apprend que sa petite amie Maria est enceinte et décide de l'épouser. Au même moment, un mouvement de grève divise les métallos. Craignant de perdre son emploi, Tião trahit ses compagnons grévistes et rentre alors en conflit avec son père, ancien syndicaliste qui a passé trois ans en prison sous la dictature militaire.
     
  • Jeudi 9 mai - Film réalisé par Cao Hamburger, L'Année où mes parents sont partis en vacances (O ano em que meus pais saíram de férias) – 2006.
    L'histoire se déroule à São Paulo pendant la coupe du monde de football mexicaine de 1970. Mauro, 12 ans, est laissé par ses parents, "partis en vacances" (en fait, fuyant la dictature qui sévit alors au Brésil), chez son grand-père paternel, barbier dans le quartier juif de "Bom Retiro". Mais celui-ci n’est pas au rendez-vous, et Mauro est recueilli par une communauté haute en couleur. C'est l’été de toutes les émotions, entre joies (l'équipe nationale magnifique et triomphante emmenée par un Pelé au sommet, les premières découvertes adolescentes) et angoisse sourde liée à l'étrange disparition des parents.
     
  • Jeudi 11 avril - Film réalisé par Walter Salles et Daniela Thomas, Une famille brésilienne (Linha de passe) sorti en 2009.
    São Paulo. 20 millions d'habitants, 200 km d'embouteillage, 300 000 coursiers. Au cœur de cette ville, quatre frères cherchent leur voie, chacun à sa manière. Reginaldo, le plus jeune, cherche son père. Dario rêve d’une carrière de footballeur. Dinho se réfugie dans la religion. Denis, l'aîné, déjà père d'un enfant élevé par la mère seule, gagne difficilement sa vie comme coursier. Leur mère, Cleusa, femme de ménage qui élève seule ses quatre enfants nés de pères différents, est à nouveau enceinte.
    A l'image d'un Brésil en état d'urgence et en crise identitaire, tous cherchent une issue.
     
  • Jeudi 14 mars - Film réalisé par Sergio Bianchi, Os Inquilinos - Os Incomodados que Se Mudem - 2009
    Valter (Marat Descartes) et Iara (Ana Carbatti) habitent avec leurs deux enfants dans la banlieue de São Paulo. Ils vivent leur vie normalement jusqu'à l'arrivée de trois garçons qui deviennent  leurs nouveaux voisins. Iara pense que comme ils ne travaillent pas, ils doivent être des criminels. On connaît mal l'histoire du trio, qui souvent amène des femmes à la maison et jure en permanence. Valter, qui travaille le jour et étudie la nuit, se soucie peu de ce qu'ils font et veut juste dormir. Mais la tension de la vie quotidienne et le bruit des voisins commencent à troubler de plus en plus son sommeil.
     
  • Jeudi 14 février - film de Fernando Meirelles et Katia Luind, La cité de dieu
    Dans une favela qui a vu le jour à Rio de Janeiro dans les années soixante, Fusée est un gamin noir, pauvre, trop fragile pour devenir hors-la-loi, mais assez malin pour ne pas se contenter d'un travail sous payé. Il grandit dans un environnement violent, mais tente de voir la réalité autrement, avec l'œil d'un artiste. Il rêve de devenir photographe professionnel. Petit Dé, un enfant de onze ans, emménage dans la Cité. Il souhaite pour sa part devenir le plus grand criminel de Rio et commence son apprentissage en rendant de menus services à la pègre locale. Il admire Tignasse et son gang, qui arraisonnent les camions et cambriolent à tout va. Tignasse donne à Petit Dé l'occasion de commettre un meurtre, le premier d'une longue série... Texte pour discussion

  • Jeudi 6 décembre - Film de Glauber Rocha, Antônio das Mortes. (1969)
    L'intrigue se déroule dans une petite ville du Brésil. Antônio Das Mortes, un ex-tueur à gages, reprend ses activités lorsque le colonel Horacio lui offre une belle somme d'argent pour abattre publiquement Coreira, un homme qui commençait à un peu trop agiter les foules. Ce dernier dirige une bande de féroces paysans, les « beatos », en compagnie d'un ex-esclave africain et d'une « sainte » de la région. La rencontre se déroule sous la forme d'un combat à mort entre les deux hommes, avec les passants comme fervents spectateurs. Quoi qu'il en soit, Antonio Das Mortes exécute Coreira à la machette sur la place publique, et décide de savourer sa victoire en allant boire. Un instituteur passant par-là lui adresse des remarques et l'amène à s'interroger sur ses actes. Quand le colonel Horacio engage une troupe de criminels sanguinaires pour exterminer les déshérités, Das Mortes se lance dans une guerre sans merci contre son ancien employeur. Texte pour aider la discussion.
EHESS
CNRS
Mondes Américains

flux rss  Actualités

Les mondes de 1848

Colloque - Mercredi 12 décembre 2018 - 09:45Des révolutions de 1848 et du « printemps des peuples », tout semble avoir été dit. On en connaît les chronologies, les discontinuités, les espoirs, les luttes, les flux et les reflux. La dimension transnationale de la « plus européenne des révolutions (...)(...)

Lire la suite

Les mondes de 1848

Colloque - Jeudi 13 décembre 2018 - 10:30Des révolutions de 1848 et du « printemps des peuples », tout semble avoir été dit. On en connaît les chronologies, les discontinuités, les espoirs, les luttes, les flux et les reflux. La dimension transnationale de la « plus européenne des révolutions du (...)(...)

Lire la suite

Les mondes de 1848

Colloque - Vendredi 14 décembre 2018 - 10:00Des révolutions de 1848 et du « printemps des peuples », tout semble avoir été dit. On en connaît les chronologies, les discontinuités, les espoirs, les luttes, les flux et les reflux. La dimension transnationale de la « plus européenne des révolutions (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRBC - Mondes Américains / EHESS
54 boulevard Raspail
75006 Paris
T.  +33 (0) 1 49 54 20 85
F.  +33 (0) 1 49 54 25 36

 

Communication :
T.  +33 (0) 1 49 54 24 33

Facebook