Les publications sur le Brésil | 2014

Le mouvement indien au Brésil

Le mouvement indien au Brésil

Du village à l'organisation

Jean-Philippe Belleau
Rennes,  PU Rennes, Collection Des Amériques ,   [2014],  340 p.

Le mouvement indien au Brésil est un miracle. Avec plus de 230 peuples différents, certains avec des populations de quelques dizaines d'individus à peine, et près de 125 langues différentes parlées sur un territoire grand comme 15 fois la France, la fragmentation culturelle, linguistique et géographique aurait du prévenir l'émergence de mobilisations et d’organisations panindiennes. Le contraire s’est produit: les Indiens du Brésil se sont durablement installés sur l’espace politique et il existe aujourd’hui plus de 200 ONG indigènes. Sans ignorer les Indiens les plus visibles de la scène interethnique, notamment les Kayapo et leur « mise en spectacle » de l’indianité, cet ouvrage offre une plongée dans les coulisses des mobilisations indiennes et de leurs alliés missionnaires et anthropologues. Il situe l’historicité de la représentation politique, de l’organisation formelle, et de la délégation de mandat dans la capacité d’appropriation et d’action des Indiens. Parce que le répertoire d’action collective indigène ne contenait pas d’entrée pour l’organisation bureaucratique, on a longtemps cru que les Indiens ne pouvaient s’approprier que des structures mobilisatrices qui leur ressemblaient, un présupposé culturaliste qui nie la capacité d’action et oublie le caractère fluide de la culture. Les Indiens se sont appropriés le modèle de structure mobilisatrice le plus capable de porter leurs projets. Ce sont les formes de représentations et de mobilisation les plus bureaucratiques –et les moins traditionnelles - qui se révèlent les plus capables de mobiliser les bases indiennes et de « peser » sur les politiques et institutions brésiliennes et transnationales. Les Indiens, en s’appropriant une modernité qu’ils n’auront connue que tardive, l’indianisent, au grand regret d’alliés autrefois épris d’authenticité. Penser le mouvement indien au Brésil d’un seul tenant alors que la raison anthropologique se disperse sur une myriade d’univers ethnologiques: tel est donc l’objectif d’un ouvrage qui allie la sociologie américaine des mouvements sociaux, encore trop peu utilisée en France, à l’anthropologie. Il fait dialoguer entre eux sociologues et anthropologues, Charles Tilly et Marshall Sahlins, Sidney Tarrow et Viveiros de Castro. Il donne en outre une place significative aux auteurs brésiliens.

 

Jean-Philippe Belleau est professeur au département d’études latino-américaines et ibériques (LAIS) à l’université du Massachusetts à Boston.

EHESS
CNRS
Mondes Américains

flux rss  Actualités

Territoires et sociétés en Amazonie brésilienne. Approches récentes en anthropologie et en histoire

Journée(s) d'étude - Vendredi 23 mars 2018 - 09:45Cette journée d’études sur l’Amazonie brésilienne a pour but de discuter des travaux récents d’historiens et d’anthropologues portant, d’une part, sur les relations entre pouvoir et territoire à différentes échelles, et, d’autre part, sur les rap (...)(...)

Lire la suite

Les Midis de Brésil(s) - Ruy Braga, Professeur à l'Université de São Paulo

Table ronde - Lundi 05 février 2018 - 12:00L’activisme social du précariat globalisé, devenu plus visible à partir de la crise de la globalisation de 2008, attire de plus en plus l’attention des sociologues dans différentes parties du monde. Cette conférence vise à présenter les principales cara (...)(...)

Lire la suite

Les Midis de Brésil(s) - Carly Machado Professeur à l'Universidade Federal Rural do Rio de Janeiro

Table ronde - Lundi 13 novembre 2017 - 12:00Pendant des nombreuses années, le catholicisme a été la religion hégémonique au Brésil, d’un point de vue quantitatif mais aussi qualitatif. Les catholiques étaient majoritaires numériquement, et l’idée d’une « culture brésilienne » elle-même s’ancrait (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRBC - Mondes Américains / EHESS
54 boulevard Raspail
75006 Paris
T.  +33 (0) 1 49 54 20 85
F.  +33 (0) 1 49 54 25 36

 

Communication :
T.  +33 (0) 1 49 54 24 33

Facebook