Actualités

Les Midis de Brésil(s) - Vanessa Maria de Castro, Professeur de l'Université de Brasília (UnB)

Séminaires et conférences dans le monde - Lundi 19 novembre 2018 - 12:00Cette conférence propose de revisiter les différents scénarios ayant mené à la victoire du candidat d'extrême-droite Jair Bolsonaro aux élections présidentielles brésiliennes. La consolidation d'un parti et d'un candidat d'extrême-droite est une nouveauté dans le contexte démocratique brésilien initié en 1985 après 21 ans de dictature militaire (1964-85). Pendant ses 28 ans de vie publique, Bolsonaro a toujours affirmé ouvertement ses opinions racistes, homophobes et misogynes, sa défense du rétablissement de la peine de mort, de la libéralisation du port d'armes, de la fermeture du parlement, avec des éloges à la torture et à la dictature militaire. Il s'est aussi présenté aux élections comme le candidat anti-système et anti-corruption. Ceci en opposition frontale au Parti des Travailleurs (PT), accusé depuis 2006 dans divers procès de corruption, avec certains de ses dirigeants jugés et condamnés, dont l'ex-président Lula (2003-10), actuellement en prison.Ces élections ont apporté au devant de la scène deux projets de société : l'un de gauche, porté par Lula et ensuite par son remplaçant Fernando Haddad, l'autre d'extrême-droite, porté par Bolsonaro. La victoire de ce dernier sera examinée dans ses multiples facettes.Conférence en portugais*** Entrée libre *** "Midis de Brésils" est un un séminaire mensuel pour le débat brésilianiste coordonné par Amanda Dias, Camila Giorgetti et Mônica Raisa Schpun.

Lire la suite

Les fondations de villes sur les littoraux américains : projets, expériences, adaptations.

Colloque - Mercredi 7 novembre 2018 - 10:00La fondation de villes nouvelles dans les Amériques a souvent été élevée au rang de symbole par excellence du geste colonial. Or les politiques coloniales des Européens au Nouveau Monde ont fait l'objet, ces 15-20 dernières années, d'un profond renouvellement des connaissances - impulsé notamment par les hypo­thèses de l'histoire atlantique et de la world history. Il ne s'agit pas tant de présenter la transplantation d'un modèle pensé en Europe, que d'envisager, à l'échelle globale, les connexions imperiales, et au ras du sol, les adaptations, négociations et autres tâtonnements.Ce colloque entend ainsi s'appuyer sur une relecture critique des grands travaux sur l'urbanisation des Amériques pour proposer un certain nombre d'hypo­thèses nouvelles de lecture des fondations de villes. Les hypothèses de l'histoire environnementale, de l'histoire des rythmes, sans oublier celles de l'histoire atlantique et de la world history, seront mobilisées pour cette relecture.La comparaison Brésil-États-Unis offre la possibilité de mettre en perspective de multiples situations de fondation dans une perspective transaméricaine : outre le cas classique des villes portugaises et anglaises, il est en effet possible d'observer quelques fondations "coloniales" françaises, hollandaises ou espagnoles, sans oublier celles des villes indiennes construites par les ordres religieux (du Brésil à la Californie) ainsi que celles des communautés de noirs marrons ou les villes communautaires construites par certains immigrants au XIXe siècle. Il s'agira donc à la fois, dans une démarche d'histoire connectée, de prendre la mesure des approches européennes de la ville du Nouveau Monde, mais aussi, par l'élargissement de la notion de fondation de ville coloniale à celle des indiens et des noirs, de déseuropéaniser en quelque sorte cette pratique.Le colloque privilégiera la longue durée (du XVIe au long XIXe siècle) de sorte à favoriser les lectures comparées dans le temps et dans l'espace.Conseil scientifique :Maria Isabel de Jesus Chrysostomo (Universidade Federal de Vïçosa - Brésil)Claudia Damasceno Fonseca (EHESS-Mondes Américains)Emma Hart (University of Saint-Andrews - Ecosse )Gilles Havard (EHESS-Mondes Américains)Bertrand Van Ruymbeke (Université de Paris VIII et IUF)Laurent Vidal (Université de La Rochelle et EHESS-Mondes Américains)

Lire la suite

Les Midis de Brésil(s) - Mariana Bombo Perozzi Gameiro, Laboratoire d'Anthropologie Sociale (Collège de France/Ehess/CNRS) et Université fédérale du Paraná

Séminaires et conférences dans le monde - Lundi 22 octobre 2018 - 12:00Autrefois associé à la pollution de l’air provoquée par le brûlage des champs de canne à sucre avant la récolte, aux mauvaises conditions de travail de coupeurs et à la dépendance économique vis-à-vis des aides publiques, la filière canne à sucre a dû se réinventer au début du XXIe siècle, au Brésil. Elle a trouvé dans le discours environnemental l’élément clé pour construire une image de durabilité à l’éthanol, produit qui serait, alors, le plus convenable contre les combustibles fossiles et le réchauffement climatique. Les intérêts privés ont convergé avec ceux du gouvernement brésilien, dont le but principal serait l’expansion de son influence géopolitique. Dans cet exposé, nous identifierons des acteurs publics et privés liés au processus de « verdissement » de l’image de l’éthanol et réfléchirons sur leurs diverses stratégies.*** Entrée libre *** "Midis de Brésils" est un un séminaire mensuel pour le débat brésilianiste coordonné par Amanda Dias, Camila Giorgetti et Mônica Raisa Schpun.

Lire la suite

Les origines océaniques des révolutions atlantiques

École d'été - Lundi 4 juin 2018 - 10:00Ce séminaire d'été de cinq jours, qui réunit des spécialistes travaillant à la fois sur l'Atlantique nord et sud et sur l'Ancien et le Nouveau Monde, part d'une hypothèse centrale selon laquelle les pratiques politiques présentes sur les différentes rives de l’océan Atlantique présentaient des similarités profondes et de longue durée, dès avant les contacts avec les Européens. Ces homologies anciennes, renforcées par la construction du “système atlantique” ont joué un rôle crucial dans le déclenchement des révolutions des dix-huitième et dix-neuvième siècles de part et d’autre de l’océan. Cette proposition s'appuie à la fois sur les travaux classiques sur l'ère révolutionnaire et sur les évolutions récentes de l’histoire globale et maritime, qui ont montré les avantages explicatifs qui peuvent découler de l'identification de modèles politiques, juridiques, culturels et économiques transnationaux. Ce séminaire est l'événement initial d'un projet plus vaste qui vise à repenser la conceptualisation de la période révolutionnaire atlantique, d’un point de vue polycentrique et de longue durée plutôt qu’à partir des notions de “diffusion” ou de “contagion” révolutionnaires à court terme. Les débats auront lieu majoritairement en anglais.Entrée libre dans la limite des places disponibles :• mardi 5 juin (inscription obligatoire),• mercredi 6 juin, matinée (inscription obligatoire)• jeudi 7 juin et du vendredi 8 juin, matinées (sans inscription).Cette réunion et le projet dans son ensemble sont financés par : Paris Sciences et Lettre (IRIS - Études globales) ; USC-Huntington Early Modern Studies Institute ; Institut d'études avancées de Paris ; École Normale Supérieure ; Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales. ProgrammeLundi 4 juin – 10h-18hL’ère des révolutions atlantiques : une perspective de longue durée10h-10h30 – Ouverture avec Romain Huret (EHESS-Mondes Américains) et Peter Mancall (USC).10h30-11h00 – Opening remarks by Nathan Perl-Rosenthal (USC) et Clément Thibaud (EHESS-Mondes Américains).11h-12h – Small group meetings.13h30-15h30– Workshop 1: Defining objects: the “Atlantic revolutions” and oceanic history.16h-18h – Workshop 2: Methodology (comparison, contextualization, connection) with Jean-Frédéric Schaub (EHESS-Mondes Américains). Mardi 5 juin – 10h-18hWorkshop: Atlantic Enlightenment(s), Atlantic Revolution(s). History and historiographyOrganisateurs:  Nathan Perl-Rosenthal (IEA de Paris / University of Southern California) / Antoine Lilti (EHESS)10h-12h – “Historiographies.” Table ronde avec Antoine Lilti (EHESS); William Max Nelson (U. Toronto); Pierre Serna (IHRF/IHMC U. Paris I Panthéon-Sorbonne); Tom Stammers (Durham).13h30-15h30 – “Histories.” Table ronde avec Francisco Ortega (U. Nacional de Colombia); Clyde Plumauzille (LabEx EHNE); Anne Simonin (CNRS); Charles Walton (Warwick).16h-18h – Présentation et discussion d’un texte de David Bell (Princeton), The Atlantic Revolutions, en sa présence. Mercredi 6 juin – 9h30-18hCultures matérielles et visuellesPrésidence : Charlotte Guichard (CNRS-IHMC)9h30-10h – Daniela Bleichmar (USC), “Seeing Imperial Nature.”10h-10h30 – Ashli White (University of Miami), “Revolutionary Things: A View from the Caribbean.”10h45-11h15 – Zara Anishanslin (University of Delaware), “Revolutionary Devils: Object, Image, Ideology, and Emotion in the American Revolution.”11h15-11h45 – Yann Potin (Archives Nationales de France), “Archive(s) de la Constitution, constitution des Archives : regards comparés sur les modalités matérielles du dépôt de la souveraineté (monde atlantique, fin XVIIIe-XIXe siècle).”11h45-12h15 – Discussion.Après-midi (14h-18h)• Andrew Detch (CU Boulder), “Echoes of Africa in the Age of Revolution: Liberty Trees as Symbols of Emancipation, 1793-1820.”• Vanessa Férey (Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle), “The ethnographic collection of the cabinet d’Histoire naturelle at the National Museum of Versailles 1767- 2007.”• Emmanuel Velayos (New York University), “Painting Words and Drawing Republics: Gestural Typography and Republicanism”• Gabriela Goldin (EHESS), “Le débat savant et les enjeux politiques de la découverte des deux pierres à Mexico en 1790.”• Corey Blanchard (USC), “A Place Imperfectly Known: Science, Empire, and the West in the Early American Republic.” Jeudi 7 juin – 9h30-18hSociabilitésPrésidence : Cécile Vidal (EHESS-Mondes Américains)9h30-10h – Rahul Markovits (École Normale Supérieure), “Theatre and anti-imperialism: an Atlantic perspective .”10h-10h30 – Nathan Perl-Rosenthal (USC), “The Suspect Salon: Atlantic Sociability and Revolutionary Conspiracies, ca. 1765-1800.”10h45-11h15 – Jean-Luc Chappey (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), “Scientific sociabilities in the French Revolution .”11h15-11h45 – Annick Lempérière (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), “From corporatism to sociability: Alexander von Humboldt’s perception of society in New Spain ca. 1800.”11h45-12h15 – Discussion.Après-midi (14h-18h)• Deborah Besseghini (Università di Studi di Milano), “La sociedad de los comerciantes británicos y la Revolución de Mayo en Buenos Aires.”• Andrés Orias Bleichner (Université de Genève), “Victorián de Villava et les doctrines de Charcas à la fin du XVIIIe siècle.”• Oscar Zárate (Universidad Autónoma de México), “Vicente Acuña (1808-1812): redes y sociabilidades atlánticas en la era de las revoluciones.”• Rachel Engl Taggart (Lehigh University), “‘Not alone in misery’: Cultivating Camaraderie and Community Among Continental Army Soldiers During the American Revolution.” Vendredi 8 juin – 9h30-18hRépublicanismesEHESS - Amphithéâtre François-Furet, 105 bd Raspail, Paris 6ePrésidence : Annie Jourdan (Universiteit van Amsterdam)9h30-10h – Olivier Christin (Ecole Pratique des Hautes Études-Université), “Portraits, emblems, trees: making the mixed constitution visible in the sixteenth century .”10h-10h30 – Edgardo Pérez Morales (University of Southern California), “The Kingdom of Naples and the Legal Roots of Gradual Slave Emancipation in the Republic of Colombia.”10h45-11h15 – Francisco Ortega (Universidad Nacional de Colombia), “Republicanism and Social Heterogeneity in Spanish America.”11h15-11h45 – Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris-Diderot), “Republicanism in North America: from ‘classical’ to ‘modern’, 1765-1860.”11h45-12h15 – Discussion.Après-midi (14h-18h)EHESS - Salle AS1_08, 54 bd Raspail, Paris 6e• Frédéric Spillemaeker (Casa de Velázquez-EHESS-Mondes Américains), “La révolte de Coro : les catégories bouleversées à l’ère des révolutions (Venezuela, 1795).”• Nathalie Pierre (New York University), “‘A New Holocaust”: The Four Phases of the Haitian Revolution and Africans in Dessalines’ Empire, 1802-1805.”• Anna Vincenzi (Notre Dame University), “Imagining an Age of Revolution? Interpretations of the American Revolution in the Italian States.”• Matías Sánchez Barberán (EHESS-Mondes Américains), “Sociétés républicaines et reconquêtes impériales dans le Pacifique Sud, années 1860.”• Kathleen McCrudden (Yale University), “Rights in the Work of Sophie de Grouchy and Benjamin Constant, or, Republicanism and Liberalism; Reason and Feeling. A Tale of False Dichotomies.”

Lire la suite

Jardins et sociabilités

Colloque - Mercredi 9 mai 2018 - 09:15Dans leurs versions publiques et privées, les jardins se constituent comme des espaces privilégiés pour les pratiques de sociabilité. En Occident comme en Orient ils favorisent les rencontres, tout comme l’affirmation des hiérarchies par la mise en place des formes de distinction et de représentation sociale. Ils se prêtent parfaitement à l’exercice de telles pratiques grâce aux solutions d’aménagement et de paysagisme dont ils font l’objet. Cependant, nous nous devons d’examiner différentes sources documentaires (cartes, peintures, photos, vestiges archéologiques) nous permettant de comprendre les expériences qui dépassent la matérialité des jardins – que ceux-là existent toujours ou pas. L’interprétation des pratiques de sociabilité dans les jardins nous projette ainsi vers une connaissance des articulations complexes entre nature, culture et codes de comportement. Ces dimensions favorisent enfin des approches transdisciplinaires, prêtes à faciliter la reconstruction des pratiques du passé et de mieux saisir les expériences contemporaines.Ce colloque réunit des interventions qui affrontent de tels défis. Elles sont proposées par des invités et par des membres du projet international « Du monde en miniature au jardin planétaire : imaginer, vivre et (re)créer le jardin, des mondes anciens à nos jours », une initiative de l’USPC réunissant aussi des chercheurs de l’EHESS, de l’École nationale supérieure d'architecture de Paris-Val de Seine, de l’Université de São Paulo (USP), de l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp) et de l’Université de l’État de Rio de Janeiro (UERJ).Comité scientifique : Frédéric Alexandre, Anna Caiozzo, Paulo César, Garcez Marins, Laurence Feveile, Mônica Raisa Schpun

Lire la suite

Les pratiques et le local dans les mondes américains

Journée(s) d'étude - Vendredi 18 mai 2018 - 09:00Lors de deux précédentes éditions (2012 et 2014), les journées d’études organisées par les doctorant.e.s de Mondes Américains avaient interrogé la perspective hémisphérique, un des fondements scientifiques de notre laboratoire. Cette nouvelle journée d’études s’inscrit dans la continuité de ces réflexions ; nous souhaitons y analyser les Amériques par la double entrée du local et des pratiques. Profondément ancrés dans les réflexions transdisciplinaires, transhistoriques et multi-scalaires du laboratoire, ces deux objets interrogent et confrontent les différents champs politiques, commerciaux, symboliques, culturels, médiatiques ou religieux de nos travaux respectifs.Notre réflexion sur le local et les pratiques dans les mondes américains s’inscrit dans un renouvellement des perspectives en sciences humaines et sociales, autour des questions ayant trait à l’espace et à l’importance des acteurs.Cette journée est organisée par Thibault Bechini, Emmanuel Falguières, Gauthier Garnier, Bruno Hervé et Fanny Malègue.

Lire la suite

Territoires et sociétés en Amazonie brésilienne. Approches récentes en anthropologie et en histoire

Journée(s) d'étude - Vendredi 23 mars 2018 - 09:45Cette journée d’études sur l’Amazonie brésilienne a pour but de discuter des travaux récents d’historiens et d’anthropologues portant, d’une part, sur les relations entre pouvoir et territoire à différentes échelles, et, d’autre part, sur les rapports des sociétés amazoniennes à leurs espaces de vie, aujourd’hui comme dans le passé.Si l’Amazonie constitue depuis longtemps un terrain privilégié pour les spécialistes de l’histoire environnementale, y compris dans une perspective globale, ce n’est que plus récemment que l’histoire de cette région a commencé à être réellement prise en compte dans les grandes synthèses opérées sur l’histoire économique et politique de l’Amérique portugaise et du Brésil post-indépendance. En outre, les études sur les transformations de la nature et de l’économie amazonienne sont depuis quelques années plus intimement liées à l’histoire sociale de la région. Le développement de l’histoire de l’esclavage et de l’histoire des Amérindiens a ainsi permis de cesser de les voir comme de simples victimes de la violence des colonisateurs, pour les appréhender comme des acteurs essentiels de la construction des paysages – y compris ceux des villes – et des territoires politiques et économiques.Du point de vue de l’anthropologie, si le rapport à l’environnement fait aujourd’hui l’objet de nombreuses études ethnographiques, les chercheurs investissent également d’autres problématiques d’une actualité brûlante dans la région, comme la création et la gestion des unités de conservation, les programmes et projets de développement économique (« durable » ou non), ou encore la délimitation de territoires destinés à des groupes spécifiques (Indiens, quilombolas, populations « traditionnelles »).L’Amazonie est ainsi devenue un objet d’étude privilégié où convergent des chercheurs de différentes disciplines, qui s’attachent à analyser l’évolution du maillage territorial civil et religieux, la vie dans les fronts pionniers, la formation des villes et des réseaux urbains, ou encore les transformations des structures foncières, aussi bien dans les zones rurales qu’à l’intérieur des villes. Programme9h15 – Accueil des participants9h30 – IntroductionPremière séance –  Présidente: Véronique Boyer• 9h45-10h15 : Cédric Yvinec – CNRS, Mondes Américains« Les évolutions du rapport au territoire chez les Suruí du Rondônia depuis les années 1970 »• 10h15-10h45 : Pascale de Robert – IRD, Paloc« De l’Araguaia à l’Ariège. Récits de voyages et de rencontres dans la fabrique du territoire mebêngokre »• 10h45-11h15 : Émilie Stoll – CNRS, Urmis« Acteurs et enjeux du recensement de la propriété foncière en Amazonie brésilienne au tournant du XXe siècle »• 11h15-12h15 : débat Deuxième séance – Présidente : Claudia Damasceno• 14h15-14h45 : Antoine Acker – Univ. de Turin« Le « splendide désastre » de Volkswagen : une nouvelle Amazonie dans la mondialisation »• 14h45-15h15 : Rafael Chambouleyron – Univ. Fédérale du Pará, Professeur invité à l’EHESS« État du Maranhão, État du Brésil. L’Amazonie dans l’Amérique portugaise »• 15h15-15h30 : pause café• 15h30-16h15 : Renata Malcher de Araújo – Univ. de l’Algarve, Professeur invitée à l’EHESS« L’État du Grão-Pará e Maranhão : l’idée de territoire et de capitale en Amazonie entre les XVIIe et XVIIIe siècles »• 16h15-17h30 : débat et clôture

Lire la suite

EHESS
CNRS
Mondes Américains

flux rss  Actualités

Les mondes de 1848

Colloque - Mercredi 12 décembre 2018 - 09:45Des révolutions de 1848 et du « printemps des peuples », tout semble avoir été dit. On en connaît les chronologies, les discontinuités, les espoirs, les luttes, les flux et les reflux. La dimension transnationale de la « plus européenne des révolutions (...)(...)

Lire la suite

Les mondes de 1848

Colloque - Jeudi 13 décembre 2018 - 10:30Des révolutions de 1848 et du « printemps des peuples », tout semble avoir été dit. On en connaît les chronologies, les discontinuités, les espoirs, les luttes, les flux et les reflux. La dimension transnationale de la « plus européenne des révolutions du (...)(...)

Lire la suite

Les mondes de 1848

Colloque - Vendredi 14 décembre 2018 - 10:00Des révolutions de 1848 et du « printemps des peuples », tout semble avoir été dit. On en connaît les chronologies, les discontinuités, les espoirs, les luttes, les flux et les reflux. La dimension transnationale de la « plus européenne des révolutions (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CRBC - Mondes Américains / EHESS
54 boulevard Raspail
75006 Paris
T.  +33 (0) 1 49 54 20 85
F.  +33 (0) 1 49 54 25 36

 

Communication :
T.  +33 (0) 1 49 54 24 33

Facebook